Myélome multiple, du nouveau dans l’arsenal thérapeutique

13

Par le Pr Philippe Moreau, médecin spécialiste en hématologie au CHU de Nantes.

Le myélome multiple est une maladie maligne rare touchant environ 6 000 patients chaque année en France, dont le point de départ est une prolifération de cellules anormales tumorales au sein de la moelle osseuse.

Les signes cliniques principaux sont l’apparition de douleurs osseuses extrêmement invalidantes et rebelles au traitement antal-gique, une fatigue en relation avec une anémie et une insuffisance rénale. La découverte, ces dix dernières années, de nouveaux médicaments de chimiothérapie a considérablement amélioré le pronostic et la survie des patients qui a plus que doublé. Malheureusement, les rechutes sont très fréquentes et la maladie va devenir résistante à l’ensemble des traitements disponibles.

Bientôt des Car-T ?

Depuis 2018, des essais théra-peutiques ont validé une approche totalement innovante : les CAR-T. Nouveau type d’immunothérapie cellulaire, les CAR-T sont issus d’une variété de globules blancs du patient lui-même, les lymphocytes  T, responsables de l’immunité, prélevés chez le malade. Environ quatre semaines en laboratoire seront nécessaires pour modifier ces lymphocytes T et leur faire exprimer à leur surface un fragment d’anticorps. Ce dernier, créé de toutes pièces par manipulation génétique, a la capacité unique de reconnaître une molécule de surface unique de la cellule tumorale. Après réinjection des CAR-T par voie intraveineuse dès la fin de leur fabrication, ceux-ci vont se fixer sur leur cible et entraîner la mort de la cellule malade.

Une étude internationale, publiée le 28 février dernier dans la prestigieuse revue New England Journal of Medicine, témoigne de l’efficacité des CAR-T sur une population de 128 malades, dont certains, français, avaient épuisé tous les traitements disponibles. Les résultats sont très encourageants, avec un taux de réponse de l’ordre de 80  % et une durée de réponse supérieure à un an, entraînant un gain très important de survie. Sur la base de cette étude, les premiers CAR-T viennent d’être approuvés par les autorités américaines (FDA) et l’on attend une approbation très prochaine en Europe. Ce qui est approuvé, c’est la technique de manipulation des lymphocytes T du malade, pour qu’ils expriment le fragment d’anticorps qui va reconnaître la cellule tumorale, dans le laboratoire de production des compagnies pharmaceutiques.

L’utilisation future des CAR-T sera limitée à des centres experts qui utilisent déjà des CAR-T en France pour deux autres maladies hématologiques : les lymphomes de haut grade et les leucémies aiguës.

Dans le myélome multiple, des essais cliniques sont actuellement en cours pour montrer que l’utilisation des CAR-T à des stades plus précoces de la maladie serait plus efficace encore.

Article extrait du dossier Grand Angle Innovation Santé réalisé par CommEdition, paru dans Le Monde daté du 24 avril 2021

Photo : DR