Depuis vingt-cinq ans, cette association fait venir des enfants des pays pauvres pour les guérir de leur malformation cardiaque.

Depuis 1996, Mécénat Chirurgie Cardiaque rend le sourire à des milliers de familles à travers le monde. Fondée par le Pr Francine Leca, première femme française à être nommée cheffe de service en cardiologie pédiatrique, l’association fait venir en France des enfants des pays pauvres atteints de malformation cardiaque. « Près de 1 enfant sur 100 naît dans le monde avec une malformation cardiaque, indique Orso Chetochine, directeur général de l’association. Beaucoup ne peuvent pas être opérés dans leur pays, pour des raisons de coût ou d’absence de service spécialisé.  »

En près de vingt-cinq ans, plus de 3 500 enfants ont été pris en charge.

« Transportés grâce à Aviation sans frontières, ils sont reçuset accompagnés par des familles d’accueil durant les deux mois de leur parcours de soins. Leur rôle est essentiel, car ces enfants sont loin de leurs parents, désorientés dans un pays qu’ils ne connaissent pas. » L’intervention chirurgicale coûte en moyenne 12  000 euros, un tarif négocié « à prix coûtant » avec la dizaine de services spécialisés partout en France. Des coûts maîtrisés, notamment grâce au développement de la prise en charge en ambulatoire, permettant de réduire les durées d’hospitalisation. Comme pour tout le tissu associatif, l’activité de Mécénat Chirurgie Cardiaque est fortement impactée par la pandémie. « Il a fallu d’abord se mobiliser pour que les 35 enfants présents sur le territoire au moment du confinement puissent être opérés, souligne Orso Chetochine. Puis, nous avons dû organiser, dans la mesure du possible, leur retour chez eux.  »

150 enfants sont Actuellement en attente de la réouverture des frontières.

« La crise a été l’occasion de nous investir davantage dans le développement de solutions numériques  », ajoute Orso Chetochine. L’association a mis en place le programme « Agir - Covid-19  ». Outre la mise à disposition des traitements nécessaires à leur maintien en vie, il consiste à déployer des outils de télé-consultation. Et l’équipe propose également un module appelé « Formation 5/5 » : une appli qui propose pour l’instant une vingtaine de cours en vidéo accessibles par tablette et par téléphone mobile. Plus de 200 praticiens en ont déjà bénéficié. Autre innovation, l’association reçoit le soutien de Philips et de son dispositif Lumify. Utilisable via une tablette, y compris dans les zones sans accès à l’électricité, il permet de réaliser de l’imagerie 3D. « Il est essentiel, pour nous, de partager des compétences et des savoir-faire avec les médecins locaux, dans le but d’améliorer la pose du diagnostic. 30 % de nos interventions concernent des malformations cardiaques complexes, qui nécessitent de bien préparer en amont l’intervention chirurgicale. »

Stéphane Corenc

Pour faire un don : www.mecenat-cardiaque.org

Photo : © Sophie Anita pour MCC

Article extrait du dossier Grand Angle – Spécial Entorse de la cheville, réalisé par CommEdition, paru dans Le Monde daté du 10 décembre 2020