Le nouveau paradigme de l’innovation

56

Pr Ariel Cohen, Président de la Société française de cardiologie (SFC), Chef du service de cardiologie des hôpitaux Saint-Antoine et Tenon, Sorbonne-Universités, AP-HP, Paris.

Dans le domaine des pathologies cardio-vasculaires, l’innovation est permanente, basée sur des progrès à la fois thérapeutiques, technologiques et numériques. En termes de diagnostic, par exemple, l’amélioration continue des techniques d’imagerie permet de mieux caractériser les anomalies de la géométrie et du fonctionnement du cœur. Les diagnostics sont de plus en plus précoces, favorisant l’initiation de prises en charge qui peuvent ralentir ou stopper l’incidence de certaines patho-ogies. Sur le plan interventionnel, plusieurs technologies offrent de nouvelles solutions chaque année. La revascularisation percutanée se développe, tandis que les techniques de remplacement valvulaire permettent de changer aujourd’hui les quatre valves du cœur. La rythmologie interventionnelle peut désormais corriger la plupart des arythmies. Et les stimulateurs cardiaques servent à la fois à traiter les troubles de la conduction et à prévenir la mort subite grâce à la mise en place de défibrillateurs automatiques implantables, de plus en plus sophistiqués, sans sonde. Enfin, du côté des médicaments, chaque génération apporte de nouveaux espoirs dans la majorité des pathologies, avec des approches de plus en plus personnalisées pour chaque patient : insuffisance cardiaque, maladie coronaire, traitements antithrombotiques, anticoagulants, antiplaquettaires…

Le déploiement des objets connectés devrait être particulièrement utile pour inciter le patient à l’autonomie

Avec l’avènement du numérique, les possibilités qui s’offrent vont se démultiplier. L’essor de la téléconsultation, de la télémédecine et de la télésurveillance facilitent le suivi à distance du patient. Le développement des algorithmes et de l’intelligence artificielle vont rendre les diagnostics plus précis, renforçant la personnalisation des traitements pour chaque patient. Enfin, le déploiement des objets connectés devrait être particulièrement utile pour inciter le patient à l’autonomie.

Aujourd’hui, ce formidable mouvement d’innovation doit, pour produire tout son potentiel, s’accompagner d’une révolution dans l’organisation des soins en cardiologie. Il faut mieux coordonner les parcours de soins, limiter les ruptures de prise en charge et promouvoir l’observance chez les patients. En réalité, l’innovation n’est utile que si elle est bien employée, accessible à ceux qui en ont besoin et périodiquement évaluée.

Photo © SFC / DR

Article extrait du dossier Grand Angle – Spécial Hépatologie, réalisé par CommEdition, paru dans Le Monde daté du 8 octobre 2020