Vers une personnalisation des traitements de la mucoviscidose

158


Touchant uniquement des enfants il y a encore quelques années, le pronostic de la mucoviscidose a été transformé par des avancées thérapeutiques. Les patients vivent mieux et plus longtemps. Le professeur Isabelle Sermet-Gaudelus, professeur de Pédiatrie à l’hôpital Necker et directeur d’équipe de recherche à l’unité Inserm U1151 nous donne son point de vue.

Comment la mucoviscidose a-t-elle évolué ?

La prise en charge de la mucoviscidose permet aujourd’hui aux patients d’atteindre l’âge adulte, c’est le cas pour plus de la moitié des malades. Les enfants sont pris en charge très tôt grâce au dépistage proposé à la naissance depuis 2002. A la naissance, les bébés sont le plus souvent asymptomatiques et ont une fonction respiratoire normale. L’amélioration des traitements symptomatiques (antibiothérapie, kinésithérapie, etc.) a joué un rôle important dans cette progression.

Quels sont les nouveaux traitements disponibles ?

Notre cible est le gène CFTR, et la protéine qu’il code. Les mutations de ce gène engendrent un déficit d’hydratation des muqueuses. Pour corriger cette anomalie, les chercheurs travaillent sur une correction du gène ou de ses messagers et sur des thérapies protéiques qui corrigent l’activité de la protéine.
Une preuve de concept magistrale de cette approche a été fournie il ya 6 ans par l’étude d’un médicament qui permet de corriger une protéine malformée suite à certaines mutations touchant l’activation de la protéine. Le traitement des patients a permis une amélioration majeure de leur capacité respiratoire , parfois si importante que elle a permis le retrait des listes de transplantation de ces patients. Une deuxième thérapie ciblant la mutation la plus fréquente, F508del, présente chez 90% des patients, a également prouvée son efficacité chez certains malades en association avec le premier traitement.

Qu’en est-il pour les patients non répondeurs à ces thérapeutiques ?

Certains patients répondent aux traitements et d’autres pas. Pourquoi ? Nous n’avons pas la réponse, mais l’arsenal thérapeutique actuel nous permet de proposer des traitements personnalisés en associant les molécules.
La recherche est toujours en cours, des laboratoires pharmaceutiques cherchent à identifier d’autres molécules efficaces sur davantage de patients atteints de la mutation F508del. Certaines sont en cours de test aux USA et seront bientôt testés en France, elles semblent améliorer la fonction respiratoire des patients de plus de 10%. D’autres mutations plus rares font également l’objet de recherches. Bientôt on pourra cibler pour le patient le médicament qui lui est le plus adapté pour corriger l’effet de sa mutation. C’est une véritable médecine personnalisée. G.H