La pneumologie en mouvement

562

Thérapeutique, prise en charge personnalisée et globale, la pneumologie est plus que jamais active. Le Pr Pascal Chanez, pneumologue à Marseille, en expose les points clés.

Dynamique, la pneumologie apporte en 2020 des solutions ralentissant l’évolution des pathologies chroniques et favorisant la qualité de vie des patients. La prise en charge de l’asthme est personnalisée par une approche pratiquement à la demande. « Les bronchodilatateurs à courte durée d’action seuls ou les glucocorticoïdes systémiques seuls ne sont plus d’actualité », explique l’expert. Les glucocorticoïdes par voie inhalée au long cours, associés à des bronchodilatateurs, permettent d’éviter symptômes et exacerbations. Dans l’asthme sévère éosinophilique et/ou allergique, les traitements biologiques apportent des réponses importantes. « Ils ont changé la vie des gens, c’est extraordinaire  !  » s’enthousiasme le praticien.

Les prochaines innovations reposeront certainement sur une utilisation des nouveaux traitements de la mucoviscidose aux autres maladies bronchiques pour une ambition curative.

Des concertations pluridisciplinaires en centres experts ont pour objectif de réfléchir à l’optimisation de l’efficacité de ces traitements d’exception et aux patients éligibles. Ces centres sont un des résultats de l’organisation structurée mise en place pour favoriser le traitement global des soins. Un point clé également dans la BPCO. « La prise en charge globale est le principal progrès récent qui permet de traiter efficacement l’ensemble des comorbidités », indique le Pr Chanez.

Des progrès ont aussi été réalisés dans la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), grâce à des thérapeutiques ralentissant l’évolution et aux progrès de l’imagerie. Cette maladie est également mieux identifiée par les différents professionnels de santé, dont les médecins de famille qui ne doivent pas être effrayés par les maladies respiratoires souvent mal connues du public. Les prochaines innovations reposeront certainement sur une utilisation des nouveaux traitements de la mucoviscidose aux autres maladies bronchiques pour une ambition curative. Des anticorps monoclonaux visant la galactine 10 pourraient également permettre de dissoudre les cristaux éosinophiliques dans l’asthme et la polypose rhinosinusienne.

Gézabelle Hauray

Article extrait du dossier Grand Angle – Spécial Hépatologie, réalisé par CommEdition, paru dans Le Monde daté du 8 octobre 2020

Photo : DR