Les pathologies cutanées sont très fréquentes, souvent banalisées. Elles peuvent pourtant être invalidantes et altérer la qualité de vie. Dernièrement, d’énormes progrès ont été accomplis, permettant de soulager des cas sévères en impasse thérapeutique.

Parmi les pathologies les plus fréquentes, la dermatite atopique (aussi appelée eczéma atopique) toucherait près de 3,5 millions de personnes (dont un enfant sur dix) et le psoriasis, environ 2,5 millions de personnes.

Ces dermatoses inflammatoires chroniques entraînent beaucoup de souffrance pour les patients et leur famille. Au-delà des signes cliniques visibles, les maladies de peau ont des répercussions psychologiques (anxiété, dépression…) et sociales (isolement, absentéisme…).

La recherche en dermatologie a été très active ces dernières années et a permis des progrès importants pour des malades dont les formes sévères n’étaient pas traitées ou insuffisamment.

Des mécanismes physiopathologiques ont été mieux compris, ouvrant la voie à des molécules au nouveau mode d’action. Parmi ces innovations, les biothérapies, désormais indiquées dans les formes sévères de psoriasis et de dermatite atopique, et les inhibiteurs de JAK, qui apportent beaucoup d’espoir. Des essais sont en cours dans différentes indications dermatologiques.

Cependant, de nombreux patients ne sont pas encore informés sur ces innovations thérapeutiques et rencontrent parfois des difficultés pour obtenir des rendez-vous rapides avec des dermatologues, notamment hospitaliers, qui peuvent prescrire ces médicaments. Les malades sont souvent en errance médicale (absence de diagnostic initial, sous-évaluation des symptômes …)

Les associations de patients (Association française de l’Eczéma, France Psoriasis, Vaincre le mélanome…) sont à l’écoute des personnes malades et de leur entourage pour les informer et les guider dans leur parcours de soins. L’actualité thérapeutique sera donc très riche lors des Journées dermatologiques de Paris, organisées par la Société française de Dermatologie (SFD).

La SFD met tout en œuvre pour répondre aux défis et aux enjeux majeurs de la dermatologie de demain.

Christine Fallet

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Dermatologie réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 2 décembre 2021.

© Olga Tephabcka – stock.adobe / DR

Article précédentInnover pour les patients atteints de dermatoses inflammatoires chroniques
Article suivantLe handicap des dermatoses apparentes