Cancers hématologiques : des partenariats pour dynamiser la recherche

Depuis un an, AstraZeneca fait le pari de doper sa recherche en onco-hématologie, pour le bénéfice des patients, comme l’explique le Dr Dana Vigier, Directrice France de la division Oncologie au sein du laboratoire.

Quelle place tient l’hématologie dans la recherche AstraZeneca ?

Notre engagement dans les cancers hématologiques, plus récent que celui dans les tumeurs solides, suit le même objectif : guérir le cancer, ou plutôt guérir les cancers. En effet, il y a de multiples formes de cancer, et la maladie elle-même est extrêmement complexe. C’est pour cela qu’AstraZeneca a développé quatre, et bientôt six, plateformes mécanistiques pour attaquer et bloquer le cancer à plusieurs niveaux : les thérapies ciblant les mutations tumorales, les mécanismes de réparation de l’ADN, l’immuno-oncologie et, enfin, les anticorps conjugués, qui ont produit de nombreuses innovations récentes déjà disponibles pour les malades, ainsi qu’un large pipeline en cours de développement. La lutte contre chaque type de tumeur se trouve aujourd’hui à un stade différent, qui se mesure par un critère assez standardisé en médecine : le taux de survie à cinq ans. Certains cancers, comme le cancer du pancréas, ont encore un taux de survie à cinq ans très bas, alors que dans certains cancers hématologiques ce taux a fortement été amélioré par les thérapies ciblées, qui détruisent spécifiquement les cellules tumorales présentant une anomalie moléculaire. Aujourd’hui, 85 % des patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) sont en vie à cinq ans(1).

Les enjeux de la recherche dans ces cancers hématologiques ne sont pas les mêmes que dans des cancers encore à très mauvais pronostic. Dans la LLC, l’objectif est de traiter des patients âgés de 70 ans en moyenne avec des médicaments qu’ils vont bien tolérer en marge de leurs autres pathologies et traitements, de façon à ce qu’ils puissent les prendre aussi longtemps que possible : le défi est devenu celui de la tolérance des médicaments au long cours. Dans sa recherche en hématologie, AstraZeneca s’est ainsi focalisé avec succès sur cet enjeu, en mettant au point une molécule dont les autorités réglementaires françaises ont estimé le besoin médical suffisamment urgent pour la rendre disponible rapidement en France. Par ailleurs, notre laboratoire intensifie sa recherche en hématologie: nous allons présenter 25 abstracts portant sur une dizaine de formes de cancer du sang au congrès de l’American Society of Hematology de décembre.

Quels sont les partenariats lancés par AstraZeneca en hématologie ?

Nous avons initié des collaborations avec deux acteurs majeurs de la recherche sur la leucémie et le lymphome, la French Leukemia Innovative Organization (FILO) et l’Institut Carnot CALYM. Avec le FILO, nous soutenons la mise en place d’une cohorte de 1 000 patients, dont l’analyse va nous permettre d’appréhender la prise en charge de la LLC en vie réelle dans notre système de soins français. Notre objectif est, à terme, de contribuer à optimiser le parcours des patients.

Un accord tripartite avec l’Institut Carnot CALYM et Inserm Transfert va nous permettre de travailler à délivrer au plus vite des solutions thérapeutiques innovantes aux patients atteints de lymphome. Cet accord constitue une plateforme facilitant l’alliance entre AstraZeneca et différentes équipes de recherche publique, pour présenter de nouveaux candidats médicaments et mettre au point des applications cliniques permettant de les tester rapidement. En misant sur ces partenariats, AstraZeneca fait le pari d’explorer plusieurs voies de recherche en parallèle et de manière coordonnée, avec l’espoir de guérir complètement certaines formes d’hémopathie malignes.

En marge de la recherche, quelles sont vos actions envers les patients atteints de cancers hématologiques ?

Nous avons élargi notre programme « Vivre avec », qui informe et soutient les patients et leur entourage, à la LLC. Un site Internet spécifique a été créé en mobilisant patients, aidants et professionnels de santé au travers d’articles, de vidéos et de brochures émaillés de conseils et de témoignages personnels. A l’occasion de Septembre rouge, mois de sensibilisation aux cancers du sang, nous avons poursuivi la campagne de sensibilisation « Parce que le cancer n’attend pas » avec l’association de patients Laurette Fugain, en diffusant sur les réseaux sociaux des messages sur le don de vie, les symptômes, et l’importance de bien suivre son traitement. Parce que le cancer n’attend pas, cette mobilisation doit se poursuivre dans un contexte sanitaire qui fragilise encore plus les malades, notamment ceux souffrant d’hémopathies malignes, car ils répondent mal aux vaccins. Il est d’autant plus important d’assurer leur protection et AstraZeneca recherche activement des solutions.

Propos recueillis par Sandrine Guinot-Moset

(1) Cancer.net Leukemia. Chronic Lymphocytic. CLL: Statistics.

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Hématologie réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 12 décembre 2021.

Photo : © AstraZeneca / DR

Article précédentFaire résonner la cause de la drépanocytose
Article suivantSauver les ménisques !