Traiter la ménopause pour plus d’équité

La survenue de la ménopause expose de nombreuses femmes à des symptômes dégradant leur qualité de vie. Pourtant, peu de femmes ont recours aux traitements. Le point avec Véronique Bloquet, Directrice générale de Theramex France.

Quelle est la spécificité du laboratoire Theramex ?

Créé il y a cinquante ans par un pharmacien et un endocrinologue, Theramex est un laboratoire 100 % dévolu à la santé des femmes,à travers quatre domaines thérapeutiques : la contraception, la fertilité, la ménopause et l’ostéoporose.

Quelles sont les solutions deTheramex dans la ménopause  ?

Nous mettons à disposition des traitements hormonaux de la ménopause (THM) à base d’œstradiol, sous forme transdermique (gel ou patch). Nous commercialisons également des solutions thérapeutiques dans la prise en charge des symptômes génito-urinaires de la ménopause. Notre gamme s’élargira en 2022, avec un complément alimentaire non hormonal.

Le principal frein des femmes par rapport au traitement reste la peur
des hormones…

Pourquoi cet engagement fort du laboratoire face à la ménopause ?

Nous avons réalisé une enquête sur le vécu de 5 000 Françaises âgées, comme moi, d’une cinquantaine d’années. Il s’avère que 93 % des femmes de 50 à 54 ans souffrent de symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, insomnies et fatigue) qui retentissent sur leur qualité de vie, mais aussi sur leur vie professionnelle. Pourtant, seules 6  % d’entre elles sont traitées par THM. Ne pas prendre en charge ces symptômes confronte les femmes à une inégalité importante par rapport aux hommes, notamment dans leur activité professionnelle.

Pourquoi le taux de prise en charge est-il si faible ?

Près d’une femme sur deux ne parle pas de ses symptômes à un professionnel de santé, notamment parce qu’elles sont 60  % à considérer cela normal. Il est pourtant essentiel de pouvoir les soulager avec des médicaments efficaces et encadrés.

Le principal frein des femmes par rapport au traitement reste la peur des hormones, consécutive aux résultats d’une étude américaine dont il a beaucoup été question il y a une vingtaine d’années, mais dont les conclusions ont été largement réanalysées depuis.

Quels sont les bénéfices des THM ?

Ces traitements ont prouvé leur efficacité sur les symptômes de la ménopause.

Par ailleurs, les données scientifiques sur les THM utilisés en France sont plutôt favorables d’un point de vue cardiovasculaire, lorsqu’ils sont proposés avant 60 ans ou moins de dix ans après le début de la ménopause. Ils n’augmentent pas le risque de cancer du sein pour des durées inférieures à cinq ans. En outre, le THM est efficace dans la prévention de l’ostéoporose, une maladie silencieuse aux conséquences lourdes.

Il faut que les femmes disposent d’informations objectives pour prendre une décision éclairée par leur professionnel de santé quant à leur traitement.

Gézabelle Hauray

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Santé des femmes réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 13 janvier 2022.

Photos : ©Theramex / DR

Article précédentUne loi de bioéthique inachevée
Article suivantAgissons ensemble pour la santé des femmes !