Traitements : soutenir l’innovation sous toutes ses formes

Pour Xavier Mesrobian, DG France d’Accord Healthcare, les génériques et les biosimiliaires ont un rôle à jouer pour favoriser les progrès de la lutte contre le cancer.

Quel regard portez-vous sur les efforts des pouvoirs publics en matière de lutte contre le cancer ?

La conjonction entre les Plans français et européen, publiés à quelques mois de distance, témoigne que la lutte contre le cancer reste un enjeu majeur de santé publique pour les autorités sanitaires. C’est important car nous sommes tous concernés, à titre personnel ou dans notre entourage. Les quatre priorités du Plan français (prévention, limitation des séquelles et qualité de vie des patients, lutte contre les cancers de mauvais pronostic et prise en charge des personnes fragiles, notamment des enfants) me paraissent répondre aux enjeux pour l’avenir. Même si notre pays est aux avant-postes de la prise en charge du cancer en Europe, il reste cependant des besoins non couverts. Certains traitements manquent encore à l’appel, la prise charge des cancers pédiatriques doit être améliorée. Et il y a encore des efforts à faire pour mieux développer les soins de support.

Nous avons la responsabilité de garantir la disponibilité, à 100 %, des traitements dont les patients ont besoin.

Quelles voies de progrès identifiez-vous pour les années à venir ?

Il faut encore investir dans la recherche et permettre aux chercheurs et aux industriels de mieux travailler ensemble à la mise au point des traitements du futur. L’industrie, qu’elle soit positionnée sur l’innovation, les biosimilaires ou les génériques, a tout son rôle à jouer dans la mise à disposition des thérapies au service des patients qui en ont besoin. Des marges de manœuvre sont notamment possibles pour limiter les effets secondaires, faciliter l’administration et favoriser la prise en charge au domicile des patients. Utiliser des génériques et des biosimilaires, c’est également dégager un potentiel d’économies, estimées à 2,4 milliards d’euros en Europe avec les biosimilaires, qui peut être réinvesti dans la recherche, l’accès aux traitement innovants, le confort de vie des patients, ou le financement des équipes de soins. Les industriels s’impliquent de plus en plus pour proposer des services aux patients et aux soignants : il faut les soutenir dans cette démarche, car c’est une voie majeure de progrès.

Comment votre entreprise participe-t-elle à l’effort collectifdans la lutte contre le cancer ?

En tant que fabricant de génériques et de biosimilaires, notre principale mission est d’assurer un accès de traitements de qualité au service des patients, tout en générant des économies pour le système de santé. Nous avons également la responsabilité de garantir la disponibilité, à 100 %, des traitements dont les patients ont besoin. C’est pourquoi notre groupe, spécialisé en oncologie, fabrique une part de plus en plus importante de ses produits en Europe, avec le souci constant d’assurer une continuité des approvisionnements en toutes circonstances. La sécurité des patients reste la valeur cardinale de notre entreprise.

Stéphane Corenc


Article extrait du dossier Grand Angle spécial Cancer réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 10 septembre 2022.

Photo : © Tempus D’Exposicao Estudio- Accord Healthcare / DR

FR-01658