DMLA : Des combinaisons thérapeutiques prometteuses

166

De nouvelles études cliniques en cours dans la DMLA montrent des résultats encourageants. Le Pr Eric Souied, Président de la Fédération France Macula, détaille les avancées.

Maladie de la vision très répandue (soit près de 25% des plus de 75 ans), la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) fait l’objet de nombreuses recherches. Plusieurs approches thérapeutiques sont en essais chez l’homme, avec un grand nombre de patients français inclus dans ces études, en particulier pour la forme exsudative, communément appelée forme humide.

« Nous voyons chez certains patients de véritables régressions de leurs lésions vasculaires grâce à la combinaison de deux traitements avec des modes d’actions complémentaires : les anti-VEGF et les anti-PDGF, avec même quelques patients que nous pouvons qualifier de guéris », détaille le Pr Eric Souied, chef de service ophtalmologie au CHI de Créteil, et Président de la Fédération France Macula.

En ce qui concerne la forme atrophique de la DMLA – forme sèche – les premiers patients sont inclus dans un essai clinique avec une molécule très prometteuse, injectée dans le blanc de l’oeil, qui pourrait empêcher la progression des zones atrophiées. « Pour chaque nouveau traitement, nous devons apprécier la réponse thérapeutique. Depuis quelques mois, nous disposons pour cela d’un nouvel outil d’imagerie, l’angioOCT, une angiographie plus précise, qui ne nécessite pas d’injection de produit », ajoute le Pr Eric Souied.

Pour discuter du potentiel de ces approches, la Fédération France Macula organise en juin prochain à Paris un grand meeting international, le congrès MaculArt, avec de nombreux experts internationaux.

Anne Pezet pour CommEdition.