Mieux gérer les effets des traitements

Dr Bruno Cutuli, Oncologue-radiothérapeute à l’institut du cancer Courlancy de Reims et Président de la Société française de Sénologie et de Pathologie mammaire (SFSPM).

Les 43es Journées de la SFSPM auront lieu à Lyon, du 10 au 12 novembre, autour d’un thème peu abordé : éviter et mieux traiter les effets indésirables des traitements. A ce jour, tous stades confondus, un plateau très positif a été atteint avec un taux de survie moyen à cinq ans de 88 %. Cela est notamment dû au dépistage, qui permet de diagnostiquer des tumeurs de taille plus petite et associées à un moindre envahissement ganglionnaire, les deux paramètres clés d’un pronostic favorable.

L’enjeu est donc désormais de diminuer et de mieux traiter les effets indésirables des traitements, même si des avancées considérables ont déjà vu le jour. Les progrès de la chirurgie (technique du ganglion sentinelle) ont permis de réduire considérablement le risque de lymphœdème (gros bras). Les indications et contre-indications de la reconstruction mammaire ont été mieux définies. Le développement technologique de la radiothérapie a conduit à davantage de précision et à une réduction des durées de traitement et des doses délivrées aux organes sains. Les effets cardio-vasculaires et digestifs de la chimiothérapie sont mieux pris en charge. Dans les stades avancés de la maladie, les thérapies ciblées ont apporté une efficacité supplémentaire avec une nécessité de surveillance des effets thyroïdiens et cardiovasculaires notamment. Enfin, l’hormonothérapie peut être à l’origine de douleurs articulaires, musculaires, de bouffées de chaleur ou de problèmes génito-urinaires.

Il est nécessaire de prendre le temps d’échanger, de proposer des aides comme des gels intimes (sécheresse vaginale) et de déployer l’ensemble des soins de support à disposition (activité physique, sophrologie, diététique adaptée, soutien psychologique, etc.) Mieux accompagner les femmes, c’est aussi sortir du cadre médical en soutenant la réinsertion professionnelle et familiale (image de soi, projets, nouvel emploi, voyages). Pour les femmes jeunes, il est également important de proposer de préserver la fertilité.

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Cancer du sein réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 23 octobre 2021.

Photo © JORIS BOLOMEY/-SFSPM

Article précédentDes traitements de plus en plus innovants
Article suivantPrise en charge du cancer : que veut dire innover aujourd’hui ?