Nouveaux traitements, partenariats, plateformes de recherche, essais cliniques, études en vie réelle, programmes à destination des malades… Autant d’éléments qui portent aujourd’hui une seule et même valeur au bénéfice des patients atteints de cancers hématologiques : l’espoir !

En 2018, le nombre de nouveaux cas d’hémopathies malignes en France métropolitaine était estimé à 45 000, soit près de 12 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer(1). Il reste donc du chemin à parcourir, mais la recherche avance vite !

Les laboratoires pharmaceutiques consolident leur alliance avec les chercheurs académiques pour multiplier les voies de recherche. Le développement des nouvelles classes de molécules récemment découvertes – cellules CAR-T, anticorps bispécifiques, anticorps conjugués à une toxine – s’accélère et ces molécules sont rapidement testées en association, pour décupler leur efficacité. Les innovations remontent les lignes de traitements pour cibler la maladie à des stades moins avancés. La compréhension des mécanismes régissant les cancers hématologiques suit la course des innovations, et des incursions sont faites dans des pathologies hématologiques plus rares. La survie à cinq ans des patients atteints de certaines hémopathies continue de s’améliorer.


Les études en vie réelle sont de plus en plus nombreuses, reflet de la volonté des chercheurs d’appréhender, au plus près de la réalité du terrain, l’efficacité des traitements, la prise en charge des pathologies, le vécu des malades et les déterminants de leur qualité de vie.

Dans cette course, laboratoires et associations pensent «  patient  » et avancent ensemble pour créer, mettre en place et faire vivre programmes, outils et services permettant d’informer et d’accompagner les malades et leur entourage. Certes, il reste à optimiser l’accès précoce et généralisé aux traitements innovants sur l’ensemble du territoire, la maîtrise des effets secondaires des nouvelles thérapeutiques, l’information des patients et du grand public sur certaines maladies hématologiques comme la drépanocytose…

Mais aujourd’hui plus que jamais, la recherche en onco-hématologie touche à son but ultime : guérir !

Sandrine Guinot-Mosetti

1) Registres des cancers du réseau Francim. Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018. Juillet 2019.

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Hématologie réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 12 décembre 2021.

© SciePro – stock.adobe.com / DR – Légende photo : Illustration 3D de globules blancs attaquant une cellule cancéreuse.

Article précédentChanger la trajectoire des cancers du sang
Article suivantLe myélome multiple, illustration des progrès de l’immunothérapie