En cas de diabète, et notamment s’il s’agit d’un type 2, une alimentation équilibrée est l’une des principales clés pour contrôler son taux de sucre dans le sang.

Moins sucré, moins gras, avec modération… Les conseils de base rejoignent ceux destinés à l’ensemble de la population, avec néanmoins des nuances à prendre en compte. La personne diabétique doit ainsi surveiller particulièrement l’étiquetage des produits achetés. Car l’un des objectifs doit être de « faire la chasse » aux sucres cachés, présents dans de nombreuses recettes de produits transformés. Comment bien apprécier les risques d’hyperglycémie liés à l’alimentation ? Le principal indice à connaître est ce que les nutritionnistes appellent «  la charge glycémique  ». Cet indicateur cumule l’index glycémique d’un aliment (la vitesse d’absorption par le sang du sucre présent) et la quantité normalement ingérée. En fonction de ces deux paramètres, l’exposition au risque d’hyperglycémie est plus ou moins élevée.

Il existe aujourd’hui de nombreux tableaux, consultables sur Internet, permettant d’évaluer la charge glycémique de tel ou tel aliment. La plupart les classent d’ailleurs en trois catégories, en fonction de leur impact glycémique. Outre la surveillance de l’ingestion de sucre, il est recommandé aux diabétiques de favoriser les graisses de bonne qualité et de consommer des fibres. En dose journalière, l’apport énergétique idéal doit se composer de 50 à 55 % de glucides, de 30 à 40 % de lipides et de 10 à 15 % de protéines. Et les repas doivent être pris à intervalles réguliers afin de bien répartir l’apport en glucides tout au long de la journée.

Stéphane Corenc

Article extrait du dossier Grand Angle – Spécial Dermatologie, réalisé par CommEdition, paru dans Le Monde daté du 4 décembre 2019

Credit photo : ©Kawee – stock.adobe.com