Grâce à la compréhension toujours plus fine de la physiopathologie des différents types de cancers du sein, de nouveaux traitements novateurs ont été mis au point. Ils apportent des solutions face à des cancers de mauvais pronostic.

Cancer le plus fréquent chez les femmes, le cancer du sein est toujours à l’origine de 55 000 cas et de 12 000 décès par an en France. La grande majorité des diagnostics a lieu au stade local, lorsque la maladie est potentiellement guérissable. Le taux de survie à cinq ans est alors de près de 90 %. Seulement 10 % des femmes sont diagnostiquées au stade métastatique. Ces prises en charge précoces ont lieu grâce au dépistage, ce qui n’est pas le cas dans les pays au système de santé moins performant. Malgré les traitements curatifs et les prises en charge à un stade local, certaines femmes rechutent et évoluent vers une maladie métastatique. A ce stade ultime, les options curatives sont inexistantes, mais de nouveaux traitements, de plus en plus innovants comme les anticorps conjugués ou les inhibiteurs de tyrosine kinase, permettent de gagner en survie et en qualité de vie. De son côté, l’immunothérapie apporte des preuves de son efficacité dans les cancers du sein « triple négatif », qui représentent de 12 à 15 % des cancers du sein. Cette pathologie voit régulièrement son arsenal thérapeutique s’élargir, notamment avec les inhibiteurs de PARP indiqués dans les cancers avec mutations BRCA 1 et 2.

Ces innovations peuvent bénéficier rapidement aux patientes, grâce à des systèmes dérogatoires d’accès précoce qui ont récemment évolué. Cependant, l’évaluation finale des médicaments rencontre aujourd’hui un problème concernant les comparateurs qui peuvent évoluer entre le moment de la création d’une étude et l’évaluation de ses résultats. Ce qui, malgré des résultats intéressants, rend caduque une étude aux yeux des autorités de santé. De ce fait, des traitements qui pourraient apporter une solution à certains patients ne sont pas validés par les autorités. Les prescripteurs et les associations de patients se mobilisent pour faire évoluer ce nouveau dispositif d’accès au marché.

Gézabelle Hauray

Article extrait du dossier Grand Angle spécial Cancer du sein réalisé par CommEdition, parution dans Le Monde daté du 23 octobre 2021.

Photo © Pixel-Shot – stock.adobe.com

Article précédentMaladies rares : la France, pionnière scientifique et médicale
Article suivantMieux gérer les effets des traitements